Je suis a bout de course l'argent me poursuit trop.

Épuisé de courir fatigué de fuir viens finir avec moi

Ma chance est insolente comme un mal éduqué 

Rien a faire rien à dire ne pourras la stopper

Pourquoi toute cette richesse m'as t'elle pris pour cible?

Elle détruit ma misère qui se croyait invincible

La fortune ne me sourit pas seulement on rigole comme des fous

Je me noierait probablement dans une piscine de sou


Ma terre est au ciel je plante des étoiles

A force de semer la lumière j'ai finit par attirer l'éclat

Ma poésie pousse un cri d'abondance

Mes vers sont un soufle qui libèrent l'opulence.


Le manoir de Salazar comme la maison de Picsou

Dans tout les cas c'est chez moi qu'un trésor veut habiter

Même ma piscine à l'odeur du pactole

Tant pis si je mens ce que j'apporte est immense.

Par Guilengui Malekou

http://fr.calameo.com/accounts/1567

http://fr.calameo.com/read/000001567a6320f87a5b8